Les jeunes filles formées par le FFC face à la presse

Les jeunes filles formées par le FFC face à la presse

        

 Les jeunes filles de Goma\Nord-Kivu

 Fonds pour les Femmes Congolaises a organisé une conférence de presse pour 12 jeunes filles courageuses qui ont participé à une formation d’un an sur leurs droits et leurs capacités à lutter contre les violences sexuelles. Cette séance s’inscrit dans le cadre de la campagne « 16 jours d’activisme contre les violences faites à la femme» lancée du 25 Novembre au 10 décembre sur toute l’étendue de la RDC et dans d’autres pays du monde. Elle s’est passée sous le thème « Mon engagement et mon combat dans la lutte contre les violences en milieu scolaire » ce qui s’aligne aux formations tout au long de l’année.

Ces jeunes filles ciblées pour animer le point de presse font partie d’une centaine de celles outillées dans 10 provinces de la RDC, et viennent de ’l’Ituri, Nord Kivu et Tanganyika.

Le FFC a bien voulu  partager au monde les résultats sur terrain que réalisent ces jeunes leaders courageuses et  démontrer l’impact des actions qu’elles mènent lors de leurs sensibilisations contre les violences sexuelles en milieu scolaire.

« La presse joue un grand rôle pour les sensibilisations des masses, nous voulons aussi que les medias et les journalistes nous accompagnent dans cette lutte et s’en approprient, pour nous aider à relever le défi. Ce point de presse renforce non seulement  leurs capacités de réflexion sur des sujets de discussion, mais  également les aide à braver la peur pour exprimer librement leurs opinions en public, » Affirme Sylvie Mazambi chargée de communication de FFC.

Pour y arriver, ces jeunes filles ont été formées sur le leadership féminin et l’engagement dans la dénonciation de cas d’abus et violences sexuelles en milieu scolaire. Après la formation, elles se sont engagées à sensibiliser leurs collègues et ce, à travers des clubs pour changer la donne.

« Nous avons été formées sur comment nous devons connaître nos droits, lutter contre les violences, même au sein de la communauté. Les professeurs ne peuvent plus nous faire des avances, comme dire : tes fesses, tes jambes ou tes seins sont jolis et que l’on se taise. Il y a un numéro vert qui nous a été donné, nous devons l’appeler en cas de violences », a expliqué Déborah Munganga, l’une des éleves qui a animé le point de presse dans la ville de Goma.

Pour sa part, Dorothee Lumoo, aussi bénéficiaire de la formation, a reconnu que le harcèlement sexuel et l’attentat à la pudeur sont parmi les formes des violences sexuelles identifiées en milieu scolaire dans le pays. Outre la dénonciation, elle a évoqué le facteur de la confiance en soi qui leur a été enseigné au cours de la formation pour leur amener à vaincre tous les obstacles auxquels elles peuvent faire face au sein des écoles. Elles ont compris désormais qu’une élève doit compter sur les efforts fournis pour assimiler  les cours, et non sur son corps.

Les jeunes filles de Bunia\Ituri

Les filles ont ajouté  : «  Dans les séances de FFC, on nous a appris les notions de leadership féminin, ce qui a renforcé notre confiance en soi. Nous nous sommes  dit qu’on  ’allait aussi enseigner à d’autres filles qui n’avaient pas eu la chance de bénéficier de ces genres de formation comme nous. »

Une de nos panelistes  révèle ce qui suit « J’ai même formé un club des jeunes filles et garçons dénommé : ‘étoile de l’orient’, un club dans lequel je partage avec eux tout ce que j’ai appris. C’est pour moi une façon de leur accorder une opportunité pour  s’imprégner de la formation que j’avais eue grâce à FFC et les pousser à dénoncer tout cas de Violence sexuelle et celle Basée sur le Genre au sein de notre quartier. »

Les jeunes filles de Kalemie\Tanganyika

D’après Gisèle Kambesa, assistante aux programmes au sein du FFC, ce projet qui s’achève d’ici fin 2022, forme 10 élèves par école dans différentes écoles ciblées, pour qu’elles puissent à leur tour, sensibiliser leurs collègues et toute la société afin de contribuer à la réduction   des cas des violences sexuelles en milieu scolaire  en RDC.

«Cree en 2007 ,notre organisation vise la promotion des droits de la femme et de la jeune fille, Nous venons toujours en appui aux organisations féminines au niveau de la base. Le FFC a bénéficié de ce projet pour accompagner les filles dans le cadre de lutte contre les VBG en milieu scolaire dont 60 écoles pour les 10 provinces de la RDC pour 3 ans. Avec cet appui de notre partenaire UN Trust, nous touchons plus de 600 filles directement et 5000 personnes indirects. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Follow Us on
Lukusa N°55 immeuble TAT'ELIE  Commune/Gombe-Kinshasa